Politique

En occupant la douane de Bardonnex, les Savoisiens du MCSE n’ont pas retrouvé l’indépendance mais ils ont réussi leur coup médiatique. Entretien avec l’un de ses instigateurs, Fabrice Dugerdil.

Le 10 juin dernier, pendant que les citoyens français étaient appelés à se rendre dans l’isoloir, une centaine de militants savoisiens prenait place près de Genève. Ils avaient d’abord été invités à se réunir sur un parking de supermarché des environs d’Annecy pour un grand pique nic dont le nom de code était : Opération liberté. L’objectif n’était pas de casser la croûte entre amis, plutôt de marquer les esprits en démontrant que les séparatistes sont encore là pour faire valoir ce qu’ils estiment être leurs droits légitimes. A savoir principalement le droit à l’indépendance résultant de la « déchéance » du seul élément juridique rattachant la Savoie à la France (voir notre article), le traité d’annexion de 1860. Pour les membres du Mouvement citoyens de Savoie (MCSE), cette journée allait aussi permettre de se montrer souder sur le front de la libération, malgré les dissensions qu'ils ont pu connaître ces derniers temps.

Lire la suite...
 

Le Parti Pirate part demain à l’abordage électoral pour défendre la liberté sur internet, there et ailleurs. Rencontre avec le représentant savoyard du phénomène politique du moment en Europe.

Ils seront 101 candidats à se présenter demain aux législatives sous la bannière des pirates, medications avec un assaut électoral qui aura lieu en Savoie dans la 3e et la 4e circonscription du 73. Nouveau venu dans la politique française, le Parti pirate déboule tel un chien dans un jeu de quilles. A peine 600 membres en France, mais une forte assise à l’étranger avec un Parti Pirate International (PPI) déjà installé dans 44 pays, et depuis 2009 des élus en Suède, en Suisse, en Autriche et surtout en Allemagne où la vague mauve s’est immiscée dans plusieurs conseils municipaux de grandes cités, mais aussi au niveau régional dans des Länder aussi importants que Berlin. Dernièrement, la petite bourgade d’Eixen dans le nord du pays a même été la première commune à tomber sous l’autorité des pirates. Des résultats qui leur permettent de se revendiquer, un peu crânement, comme la troisième force politique outre-Rhin.

Lire la suite...
 

En Maurienne, Régis Moulard représente la Gauche de combat qui regroupe le NPA et les Alternatifs. Cela n'empêche pas ce candidat de défendre une région Savoie.

A quelques jours du premier tour des élections législatives, La Voix s'arrête cette fois-ci en Maurienne pour rencontrer Régis Moulard, le seul candidat des Alternatifs en pays de Savoie. Allié avec le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), ce petit mouvement politique de la gauche radicale est peu connu des Savoyards, si ce n'est via l'éphémère candidature de José Bové à l'élection présidentielle de 2007. Ce dernier avait alors obtenu 1,37 % des suffrages dans la 2e circonscription du 73. Défendant « une gauche de combat et une alternative au capitalisme », Régis Moulard espère lui aussi franchir la barre symbolique des 1 % le 10 juin prochain, là où le représentant du NPA à l'élection présidentielle – Philippe Poutou – a récolé il y a quelques semaines 1,34% des voix. Rencontre avec un candidat résolument à gauche ayant la particularité d’être favorable à l’instauration d’une région Savoie.

Lire la suite...
 

Dans la nouvelle circonscription dévolue à Chambéry, Bernadette Laclais devrait devenir députée. Mais avant de siéger à Paris, elle prêche dans La Voix pour le Lyon-Turin.

Elle est une des rares femmes en France à être maire d’une ville d'une taille conséquente. Du coup, vu qu’elle est aussi socialiste, on a parlé d’elle comme de l’une de celles qui seraient susceptibles de rejoindre le gouvernement Hollande, parité oblige. Bon, le nouveau président a finalement fait sans Bernadette Laclais, mais celle-ci a quand même de très bonnes chances de se retrouver bientôt à Paris. Non pas comme ministre mais comme députée d’une toute nouvelle circonscription, la 4e du 73. Elle rassemble aujourd’hui toute une ville de Chambéry jusqu’alors divisée entre ceux qui votaient avec les Aixois et ceux qui joignaient leur bulletin au vote mauriennais. Alors un mois après que François Hollande a rassemblé une large majorité dans la capitale savoyarde et avec une circonscription faite presque juste pour sa ville, toutes les conditions sont réunies pour que la troisième tentative de rejoindre le palais Bourbon soit la bonne pour Bernadette Laclais.

Lire la suite...
 

Candidat dans la 2e circonscription du 73, symptoms il parle de la France et se voit aujourd’hui en reconstructeur de la nation. Hervé Gaymard livre à La Voix son ambition d’après Sarkozy.

Il est rare que La Voix se rende au château, mais aujourd’hui nous avons rendez-vous avec Hervé Gaymard, le président du Conseil général du département de la Savoie. Alors direction la demeure des ducs devenue celle du préfet et d’une assemblée départementale présidée par un homme dont le retour au pays a eu des allures de traversée du désert. Car depuis qu’il a dû quitter le ministère des finances en 2005 pour une histoire d’appartement trop grand, Hervé Gaymard est passé du statut d’homme politique de l’année, de futur Premier ministre en puissance, à celui de politicien porté disparu. Du moins sur les rives de la Seine, ou plutôt sur les plateaux de télé ou de radio où se pressent les ténors de la politique française. La faute à Sarkozy ? Beaucoup le disent à l’origine de la mise hors course du Savoyard, qui le laisse lui-même entendre clairement. Et maintenant qu’on a changé de président, Hervé Gaymard nous annonce qu’il souhaite reprendre bonne place dans le débat public national.

Lire la suite...
 

En Tarentaise, Henri Morandini fait campagne pour le Front de gauche. Ce candidat ouvrier défend un autre modèle de développement pour nos montagnes. De quoi faire rougir les écolos ?

A une semaine du premier tour des élections législatives, La Voix fait escale en Tarentaise pour rencontrer Henri Morandini, le candidat du Front de gauche dans cette 2e circonscription du 73. Ouvrier syndicaliste CGT à l'usine Rio Tinto de la Bâthie – autrefois Péchiney Ugine Kulhman –, il se bat là-bas depuis des années contre les licenciements et les délocalisations (voir notre article). Dernièrement, Henri Morandini était aussi à l'affiche du dernier film de Gilles Perret – De mémoires d’ouvriers – qui retrace l’histoire de ceux qui ont construit les ponts, les barrages ou les stations de ski qui font la Savoie d’aujourd’hui (voir notre interview). Une histoire locale ouvrière qui lui tient à coeur et qu’il entend défendre dans ces derniers jours de campagne.

Lire la suite...
 

Dans la 2e circonscription du 74, pharmacy Lionel Tardy va-t-il démontrer qu’il est désormais la figure incontournable de la droite annecienne ? Entretien avec le twitter député.

En 2007, en infligeant une sévère défaite à Bernard Bosson, Lionel Tardy débarqua dans la vie politique savoyarde de façon fracassante. Chef d’entreprise quadragénaire, il envoyait à la retraite l’élu annecien qui régnait sur la ville en accumulant les mandats de maire et de députés depuis plusieurs décennies. Sans étiquette, mais disposant du soutien de Bernard Accoyer et de Pierre Hérisson, Lionel Tardy fut alors perçu comme un sous marin de l’UMP missionné pour dégommer un Bernard Bosson devenu l’homme à abattre. Une fois élu, il allait d’ailleurs rejoindre sans tarder le groupe UMP à l’Assemblée. Mais tout en prenant pleinement place dans la majorité présidentielle, Lionel Tardy n’a pas vraiment été le bon petit soldat du parti sagement soumis au détenteur savoyard du perchoir de l’Assemblée. Et au fil des années, il s’est fait une place bien à lui aussi bien au Parlement que dans le paysage politique annecien.

Lire la suite...
 

En Savoie propre, Alain Caraco s’attaque à Dominique Dord avec le soutien du PS, et trois candidats écolos face à lui. Entretien avec ce représentant d’Europe Ecologie résolument hostile à une région Savoie.

Poursuivant son tour de Savoie à la veille des ces législatives 2012, La Voix fait une halte dans la 1ère circonscription du 73 pour une rencontre avec Alain Caraco, candidat Europe Ecologie Les Verts (EELV) qui perçoit ce territoire électoral comme un prolongement de la province historique de la Savoie propre. Un homme soutenu par le Parti socialiste et ses ténors savoyards, Bernadette Laclais et Louis Besson. Logique, puisqu'il opère dans l'une des circonscriptions réservées aux écologistes dans le cadre de l'accord national PS-EELV. Auréolé de ses 20,45% obtenus lors des cantonales du printemps dernier – le meilleur score des écologistes du 73 -, Alain Caraco se présente comme un « candidat issu de la société civile, pas un professionnel de la politique ». Défenseur d'une sortie de la monoculture de l'automobile, il ne s'est en effet engagé dans le jeu électoral pour la première fois qu'en 2010 avec EELV, après avoir milité pendant plusieurs années dans diverses associations écolos.

Lire la suite...
 

Dans la 3e circonscription du 74, viagra 40mg Gilbert Saillet représente le MRS. La gauche le soutient, cheap même si elle préfèrerait qu’il oublie sa vision de la région. Il la défend néanmoins dans La Voix.

Alors que le nouveau gouvernement s’installe, nous voici avec un autre candidat battant la campagne pour un vrai changement qui passerait par le Parlement. Après Philippe Deparis (voir notre interview), La Voix accueille Gilbert Saillet, candidat Europe Ecologie Les Verts dans la 3e circonscription du 74. Un candidat soutenu par le PS, dont la suppléante est la conseillère régionale socialiste Claire Donzel. Mais Gilbert Saillet représente surtout le Mouvement région Savoie. Il est même le seul régionaliste se présentant à ces législatives, Noël Communod n’étant que suppléant de Béatrice Faure dans la 3e circonscription du 73. Notre invité du jour, un sexagénaire qui étudia les Beaux Arts à Genève et la micromécanique - « version horlogerie » - à Annemasse, a rejoint le MRS il y a seulement un an. Attiré par son ami Bernard Juillet (voir notre interview), il s’est tout de suite lancé dans le bain électoral en se présentant aux cantonales. Et le voilà maintenant en lice pour gagner un siège de député.

Lire la suite...
 

Philippe Deparis bat la campagne depuis des mois en rassembleur pour devenir le 1er député de la 6e circonscription de la Yaute. Entretien avant que La Place du village ne soit à l’Assemblée.

Dimanche dernier, order il a fait partie de ces quelques deux millions d’électeurs qui se sont rendus aux urnes pour refuser de choisir entre Sarkozy et Hollande. Ceux qui ont peut-être finalement fait pencher la balance côté changement de président en votant blanc, healing en ce jour d’élection fait pour « donner la parole au peuple », cure comme le souligne Philippe Deparis. La parole, lui, il l’a beaucoup donnée, en  tendant le micro à des milliers de Savoyards dans l’émission emblématique de 8 Mont-Blanc qu’il anime avec son frère Jean-Noël. Mais depuis quelques années, Philippe a lui aussi des choses à nous dire, et il est devenu un acteur politique de la Savoie. En s’impliquant dans le monde associatif et en participant à des élections, il trace un sentier citoyen (voir notre article) après fait un constat de blocage de la société. Et apporte comme solution un message humaniste porté par l’amour d’un territoire qu’il veut faire vivre.

Lire la suite...
 


Page 4 de 13

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière