A l’Espéraz #0. Vidéo

Bientôt une série documentaire inédite sur les traces d'une langue négligée, parfois encore méprisée mais toujours vivante en pays de Savoie : l'Arpitan Savoyen. Apoé vos, devejé-voz patué ? Lire la suite

Quand la Bretagne fait peur...

Face à des Bretons favorables à leur réunification, le Gouvernement semble redouter de redonner vie à une région historique. Le point le plus névralgique d'une réforme territoriale qui s'annonce mal. Lire la suite

« Un mouvement Savoie-Mont-Blanc va naitre »

Après son amendement déposé à l'Assemblée en guise de prélude au processus de fusion, Hervé Gaymard annonce pour la rentrée les états généraux d'une Savoie réunie et particulière. Interview. Lire la suite

http://www.lavoixdesallobroges.org/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/709685_1.png http://www.lavoixdesallobroges.org/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/549813PICT0804.jpg http://www.lavoixdesallobroges.org/components/com_gk2_photoslide/images/thumbm/699352HG_an.jpg
http://lavoixdesallobroges.org/la-voue/709-presentation-de-la-serie-documentaire-a-lesperaz http://lavoixdesallobroges.org/politique/711-la-bretagne-point-nevralgique-de-la-reforme-territoriale http://lavoixdesallobroges.org/politique/715-itw-herve-gaymard-sur-la-fusion-des-departements-savoyards-en-savoie-mont-blanc

  • Rendez-vous à la Biennale

    La Biennale du Livre Savoyard est de retour ce dimanche à Faverges. Une occasion unique de se replonger dans notre culture. Alors prends-toi en main, va au festival du bouquin ! 

    « La rentrée c’est pas rose, la rentrée c’est morose. Alors prends, prends-toi en main, c’est ton destin ! », auraient pu chanter les Inconnus. Alors quelle façon plus douce de se substituer subrepticement à la dégustation de rosé face aux crépuscules méditerranéens, aux grillades en terrasse ou a une glande languedocienne ou basque sous un soleil radieux (surtout cette année !) ? Réponse : par un autre type d’évasion. Et celle de la lecture n’est sans doute pas la plus mauvaise. C’est sous cette perspective réconfortante que s’ouvre dimanche prochain La Biennale du Livre Savoyard à Faverges. Ou plutôt devrais-je dire : NOTRE Biennale du Livre Savoyard. « C’est un festival qui ne donne pas dans l’ostracisme. Tout le monde est le bienvenu, il suffit d’être un auteur savoyard ou de parler de la Savoie dans ses écrits », précise ainsi Michel Duret, président des Amis de Viuz-Faverges, l’association organisatrice de l’événement.

 
  • Le Bugey, terre de transitions

    Aux assises de la transition, a été imaginé un avenir respectueux de ce vieux territoire savoyard qu'est le Bugey. On y causa d'économie, d'éducation, de santé et bien sûr de jardinage.

    Les assises de la transition en Bugey, qui se sont déroulées les 28 et 29 juin à Belley, ont été l'occasion de connaître cet immense territoire partagé entre Rhône et Jura. Un territoire qui, comme l'a rappelé l'article Le Bugey, terre d'histoire et d'innovation, a été une composante essentielle du royaume du Bourgogne puis des états de Savoie. Pierre Duparc en fait même le reliquat de la grande province de Sapaudia qui a accueilli les Burgonde en 443, et donc en quelque sorte le berceau de la Savoie. Quoi qu'il en soit, Belley fait parti de son noyau originel et de la puissance des humbertiens. « Grâce au mécanisme de patrimonialisation des sièges épiscopaux décelé au début du siècle par Georges Manteyer et récemment mis en lumière par Laurent Ripart, le comte Humbert 1er put exercer pleinement son autorité dans l'évêché tenu par son frère et bientôt son petit fils », précise Cyril Ducourthial de l'université Lyon 2 dans Géographie du pays de Savoie en l'an mil.

 
  • Pourquoi pas 10 000 vaches ?

    Porte-parole de la Confédération paysanne de Savoie, Thierry Bonnamour sera jugé aujourd'hui à Amiens suite à l'action contre la ferme-usine dite des 1000 vaches. Un projet qu'il considère aberrant.

    Sortir un fait de son contexte peut lui faire dire tout et son contraire. Une des fonctions de la justice est de restituer le contexte pour juger des mobiles des faits. Nous mettre en cause pour vol aggravé ou recel de vol, c'est comme si une personne, placée au pied d'une falaise, dit voir un mur alors qu'il s'agit d'une chaîne de montagne. Il est évident que les actions syndicales du mercredi 28 mai 2014 dépassent de loin la relation entre Mr Michel Romery et nous-mêmes. En fait, l'acte syndical posé le mercredi 28 est un acte politique, un acte d'interpellation des citoyens. En effet, aujourd'hui, nous sommes à un tournant de notre histoire nationale. La France est de part le monde entier le pays de l'excellence gastronomique. La France, dont la cuisine est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Humanité, doit se prononcer sur l'avenir d'un pilier de son identité culturelle.

 
  • « Un mouvement Savoie-Mont-Blanc va naitre »

    Après son amendement déposé à l'Assemblée en guise de prélude au processus de fusion, Hervé Gaymard annonce pour la rentrée les états généraux d'une Savoie réunie et particulière. Interview.

    La réforme territoriale va-t-elle conduire à l'unité savoyarde ? Ce projet gouvernemental s'attachant à créer des régions abstraites, immenses et vide de sens, va-t-il provoquer la réunification d'un territoire divisé depuis plus de cent cinquante ans ? Peut-être bien, car maintenant qu'est prévue leur disparition, les « deux Savoie » sont décidées à s'unir. Une fusion pour ne pas mourir, voilà le projet estival de Christian Monteil et Hervé Gaymard, les présidents de nos conseils généraux. Avec comme nom pour cette union Savoie-Mont-Blanc, dénomination renvoyant autant à l'histoire (celle du Duché et celle du département Mont-Blanc de la période révolutionnaire) qu'au marketing touristique sur lequel on vend nos stations. Mais Hervé Gaymard nous l'assure, la collectivité Savoie-Mont-Blanc permettra à notre région de ne pas devenir une simple marque en restant un centre de décision. Même si ce n'est pas une région. Il explique pourquoi il croit aujourd'hui à un statut spécial pour la Savoie.

 
  • Le dragon chinois

    Après le départ du Tour de France, retour aux aventures en roue libre de Jeannot. Arrivant à Bellevue, il délaisse les chariots pour la luge. Jusqu'à ce que passe la grande boucle...  



    En 1946, tout en conservant la gérance de « l’Etoile des Alpes » de Maché, ma mère obtint un logement social sur les hauteurs de Bellevue, dans la première cité HLM de France construite au début des années 30. Avec leurs toits en pente recouverts de tuiles, ses bâtiments ressemblaient à de vraies maisons. On n’en comptait qu’une petite vingtaine de 3 étages seulement. Chacun avait deux entrées avec deux appartements par paliers, soit 12 appartements par immeuble. Cela nous changeait agréablement du taudis de Maché où il fallait traverser la rue et grimper un escalier très étroit pour aboutir sous des combles dans deux toutes petites pièces, étouffantes l’été, glaciales l’hiver.

 
  • Quand la Bretagne fait peur...

    Alors que les Bretons seraient favorables à leur réunification, le Gouvernement semble avoir peur de redonner vie à une région historique. Le point le plus névralgique d'une réforme territoriale qui s'annonce mal.

    Si l'on dit que la France a peur de la Bretagne, le propos peut faire sourire, eu égard à la situation du pays. Englué dans une crise systémique où les difficultés économiques se combinent à une défiance politique de plus en plus généralisée, l'Hexagone semble en effet avoir des soucis bien plus inquiétants à gérer que les velléités d'une région excentrée. Mais à la vue de la carte des nouvelles régions proposée par le Gouvernement et de la tournure prise par la réforme territoriale, la Bretagne apparait comme le coin sensible que l'on redoute de modifier. Un territoire particulièrement problématique, qui ferait peur de façon irraisonnée. C'est du moins ce que déplorent des Bretons de plus en plus remontés. « La refus de faire la réunification bretonne et donc de toucher aux Pays de Loire a des conséquences sur l'ensemble de la construction territoriale du Gouvernement, remarque Jacques-Yves le Touze, responsable culturel breton. Cela conduit à proposer cette région complètement folle rassemblant le Centre, le Limousin et le Poitou Charente. Tout ça parce qu'une Bretagne réunifiée fait peur. » 

 


Page 1 de 94

Notre fil twitter

Nos dernières vidéos

Vos produits savoyards

Bannière