Sport

A la veille du départ du Tour et alors que Jalabert vient de rejoindre la liste des cyclistes dopés, Berto fustige l’hypocrisie des commentateurs et redonne sa couronne à Amstrong.

Une fois n’est pas coutume, étant un passionné de vélo, un fan du tour de France, je dédie cette chronique à tous les coureurs de la Grande Boucle qui durant trois semaines vont nous faire rêver. On vient d’apprendre que Jalabert s’est lui aussi dopé et cela semble surprendre tout le monde. Mais foin d'hypocrisie, bon dieu ! Cela fait des décennies que la plupart des champions cyclistes se dopent ! Si Poulidor, notre Poupou national, est encore en vie aujourd’hui, c’est précisément parce qu’en dehors du glucose, produit inoffensif, il ne se dopait pas. Voilà pourquoi il était condamné durant ses plus belles années sportives à voir devant lui, sur nos routes, osciller le cul d’Anquetil qui lui se shootait allègrement. Combien de grands cracs de la petite reine sont morts avant l'heure, victimes de produits prohibés.

Lire la suite...
 

La coupe de France en Savoie demain soir ? On y croit, price tout comme Jo Dupraz, cure ex-président des Croix de Savoie et père de son coach emblématique. Interview pour la victoire.

Demain soir, on espère entendre 20 000 Savoyards entonner les Allobroges au Stade de France. Car l’hymne de la Savoie est aussi celui de l’équipe qui va affronter Bordeaux en finale de la coupe de France. Evian Thonon Gaillard, alias Croix de Savoie, se retrouve à deux doigts, ou plutôt deux mi-temps de quarante-cinq minutes, de ramener dans nos montagnes un trophée que les Savoyards n’auraient jamais cru pouvoir glaner. Sauf l’un d’entres eux, Pascal Dupraz, le coach de ce club qu’il emmène vers les sommets depuis qu’il a pris en main l’équipe de Gaillard. Son père, Jo, ancien président des Croix de Savoie devenu administrateur depuis l’arrivée du groupe Danone, a vécu toute cette aventure dans le rôle de l’indispensable dirigeant. A la veille de la finale, il revient sur l’histoire de cette équipe hors norme forgée dans l’esprit de nos montagnes savoyardes. Et pronostique la victoire de joueurs boostés par son fils Pascal tels des Allobroges vaillants.

Lire la suite...
 

Les chaînes se battent à coup de millions pour diffuser les jeux olympiques, buy mais seul TV 8 Mont Blanc a voulu de la version paralympiques dont elle a récupéré les droits pour un euro. Explication avec Patrice Mallet.

Cet été, there Patrice Mallet a interrompu précipitamment ses vacances. Le directeur de la rédaction de TV 8 Mont Blanc a en effet dû rejoindre d’urgence le siège de la chaîne quand celle-ci a acquis, sales une semaine avant le début de la compétition, les droits des jeux olympiques pour un euro symbolique. On ne parle bien sûr pas de ceux qui ont vu Usain Bolt s’imposer comme la légende vivante du sprint, dont les droits de retransmission se chiffraient en dizaines de millions d’euros. Là, il s’agit de leur version handisport, les jeux paralympiques, une compétition se déroulant également à Londres depuis une dizaine de jours, dont la diffusion en France et en direct se fait exclusivement sur la 8. Avec un Patrice Mallet qui s’est ainsi retrouvé plus vite que prévu derrière un micro pour nous commenter des épreuves délaissées par les autres chaînes. Il est aussi dans La Voix pour expliquer comment notre télé savoyarde est devenue la chaîne paralympique.

Lire la suite...
 

Alors que se termine un Tour sans duel au sommet, remedy Antoine Blondin nous renvoie en 1975 quand Bernard Thévenet vole la vedette à Eddy Merckx. Place à la nanarachie dans les Aravis.

En 1975, sick un seul nom éclabousse la planète cyclisme : Eddy Merckx. Après des années d’un règne hégémonique et sans partage, check le belge, vainqueur de 5 Tours de France sur les 6 derniers disputés, se présente en grandissime favori au départ de la Grande Boucle. Comme un clin d’œil au « Roi Eddy », cette 62ème édition s’élance de Charleroi, autant dire sur le pas de sa porte, et on s’attend une fois encore à ce que le « cannibale », comme on le surnomme alors dans le peloton, ne fasse qu’une bouchée de la concurrence. Mais cette domination, jugée par beaucoup comme arrogante, a le don d’agacer. Sur le bord des routes, la France du tour reprend en cœur ce drôle de tube de l’été : « Merckx, Merckx, et merde… » et l’exaspération populaire touche à son comble sur les pentes du Puy de Dôme, plus volcanique que jamais, quand un Dupont-la-Joie de première catégorie assène une droite en plein bide au cannibale, estomaqué et redevenu d’un seul coup tellement humain.

Lire la suite...
 

Le Tour de France avance et La Voix revient sur l’histoire de la grande boucle en Savoie racontée par de grands écrivains. Rendez-vous donc en 1957 pour un tour de taille dépeint par Antoine Blondin.

Alors que Le Tour passe cette semaine par la Savoie, ambulance retrouvons un épisode dantesque qui le lie désormais dans l’histoire à la Vallée de l’Arc en Haute-Maurienne. En 1957, here tandis que l’URSS lance son satellite Spoutnik et que le traité de Rome - fondement de la future Union européenne - est ratifié, order la France se liquéfie sous la chaleur d’un été particulièrement caniculaire. Le Tour, qui en est à sa 44e édition, souffre également et dans les colonnes de L’équipe, Pierre Chany ose le jeu de mot… « tour crématoire ». Audacieux 12 ans à peine après la fin de la seconde guerre mondiale. Les coureurs, eux, se débrouillent comme ils peuvent, c’est le temps de la « chasse à la canette » où l’on entre avec fracas dans les bistros pour piller les frigos et ressortir, comme on est entré, les poches bourrées de bouteilles de Perrier, d’Orangina, de bières ou même de cônes glacés…

Lire la suite...
 

Le Tour de France a inspiré les grandes plumes du journalisme quand il passait par la Savoie. Retour sur leurs récits épiques en commençant avec Albert Londres.

A l’occasion du lancement de la 99ème édition du Tour de France, drugs parti le 30 juin de Liège en Belgique, rx La Voix vous propose de revivre des temps forts de l’histoire de la Grande Boucle en Savoie à travers les écrits d’écrivains de renom. D’Albert Londres à Antoine Blondin, illness la plus grande course cycliste au monde a de tout temps inspiré et fasciné les plumes majuscules, prouvant ainsi qu’on pouvait associer cyclisme et littérature, chronique sportive et envolée lyrique. Nous sommes donc allés déterrer ces documents rares, voire oubliés, que nous mettrons en ligne tout au long du Tour de France avec un principe simple : pour fêter trois semaines de courses du Tour 2012, trois récits d’étapes épiques en Savoie.

Lire la suite...
 

Evian Thonon Gaillard traverse une passe difficile en championnat, mais il brille dans les kiosques avec ETG Mag. Une vitrine en papier glacée digne de la Ligue 1 pour les Croix de Savoie.

Ca y est, c’est fait. Tout comme l'OM avec l’OM MAG, l’A.S. St Etienne et Le Maillot Vert,  ou encore le PSG et son 100 % PSG, l’Evian-Thonon-Gaillard FC a désormais son magazine officiel. Baptisé l’ETG MAG et disponible en kiosque et dans les boutiques du Parc des Sports d’Annecy depuis le 15 octobre, il affiche en Une un Sidney Govou tout sourire. Au menu de cette première mouture, outre une interview de quatre pages de l’ex-international devenu joueur vedette du club, le magazine offre un panorama complet de la planète foot des Croix de Savoie. Des brèves sur l’équipe, les portraits des joueurs clefs, une interview du directeur sportif Pascal Dupraz, le récapitulatif des neuf premières rencontres de la saison, des stats en veux-tu en-voilà, un trombinoscope de l’équipe façon vignettes Panini et surtout une pelletée de clichés des dieux du stade en plein match qui donnent dans la pause plastique à l’esthétique impeccable. Lire la suite...

 

Le championnat de labour est une épreuve où la presse n’est pas invitée. Mais notre reporter est tombé dessus par hasard, shop découvrant ainsi un sport mécanique bien plus technique que la F1. 

Dimanche 14 août, price il fait beau et atrocement chaud au lieu-dit La Grobelle. Dans ce vaste champ sur les hauteurs de Jacob-Bellecombette, à un jet de patate de Chambéry, le soleil tabasse et brûle la couenne jusqu’à la déraison. Sous la tente chauffée à blanc, une centaine de personnes sont alignées autour d’un diot-frites-canettes de coca et de l’alibi équilibre alimentaire du jour composé d’une salade de tomates. En arrière fond, la sono crache de la dance des années 80 : « Aaaaahhhh, Macaréna ! », «Freak out, Le freak, c’est chic… » Mais dans ma tête trotte une autre mélodie, des plus singulières : « Le labour, j’suis pour… » Dans moins d’une heure, ces hectares verdoyants avec vue imprenable sur la croix du Nivolet, accueilleront la finale départementale de labour. En attendant, dans les rangs, les vannes virevoltent par dessus les plateaux repas : «Tiens, t’es là, toi ? Alors, quand est-ce que tu te qualifies, dans 10 ans, c’est ça ? »

Lire la suite...
 

Alors qu’Evian-Thonon-Gaillard entame sa première saison en Ligue 1, buy cialis son directeur sportif Pascal Dupraz incarne la continuité d’un club qui reste pour nous les Croix de Savoie. Interview.

Quand il a pris en main l’équipe du FC Gaillard, il y a bientôt vingt ans, elle était en division d’honneur. Pascal Dupraz, jouant encore sur le terrain, rêvait déjà d’escalader les divisions du foot français jusqu’au sommet. Demain, son équipe se retrouvera à Brest pour entamer sa première saison en Ligue 1, un an après être montée en Ligue 2. Le club a franchi sept paliers pour rejoindre l’élite. Le rêve est devenu réalité pour cette équipe qui pris une nouvelle dimension lorsque Gaillard s’associa à Ville-la-Grand pour fonder les Croix de Savoie. Un club qui ambitionnait de dépasser les frontières départementales pour représenter toute une région en affichant la couleur en rouge et blanc. Il s’est depuis vêtu de rose, après avoir pris le nom d’une marque. Alors que reste-t-il alors des Croix de Savoie ? Principalement, Pascal Dupraz.

Lire la suite...
 

La levée de fourches contre le projet de golf des Marches suscite elle aussi des réactions. Et un fidèle de La Voix, membre de l'équipe de golf d'Aix-les-Bains, prend ici la parole pour défendre son sport.

Après avoir révélé les tenants et aboutissants du projet de golf des Marches (voir notre enquête), puis relaté la manifestation des opposants pour sauver les terres agricoles (voir notre reportage), nous sommes allés à la rencontre de golfeurs à l'occasion de la semaine internationale du golf d'Aix-les-Bains. L'un deux, Pierre-Olivier, est un fidèle lecteur du canard savoyard qui ouvre son bec. Face à des « commentaires négatifs et honteux », il veut défendre son sport et convaincre de la nécessité d'aménager aujourd’hui une nouvelle structure golfique en Savoie. D'autant plus que, selon lui, les terres agricoles que certains veulent sauver seraient déjà condamnées. Pierre-Olivier estime donc que l'implantation d'un golf permettrait de les préserver de l'urbanisation. Quant à sa fille Agathe, elle a tenu à nous donner un petit cours de swing. Lire la suite...

 


Page 1 de 2

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière