Environnement

Impossible à financer jusqu'alors, drugs le projet de tunnel sous le Semnoz vient d'être relancé. Area serait prêt à prendre en charge les 300 millions d'euros nécessaire à sa construction. Une fausse bonne nouvelle ?

Cela fait près de quarante ans que le tunnel routier sous le Semnoz revient régulièrement sur le devant de la scène, viagra dosage mais à chaque fois il retourne au placard faute de financement, au grand dam de ses promoteurs. Sauf qu'aujourd'hui la donne a changé et il n'aurait jamais été aussi près de voir le jour. C'est en tout cas ce qu'affirme Christian Monteil, le président du Conseil général de Haute-Savoie, depuis le 10 septembre dernier. Avec Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy et président de la Communauté de l'agglomération d'Annecy (C2A), les députés Lionel Tardy et Bernard Accoyer ainsi que le sénateur Pierre Hérisson, il aurait trouvé un acteur providentiel prêt à payer l'ensemble de l'addition estimée à près de 300 millions d'euros. Un montage financier qui exclurait le recours direct à un financement public. Bref, une solution miracle permettant de passer du rêve à la réalité. Ou de la réalité au cauchemar.

Lire la suite...
 

A Chambéry, visit this les habitants d’un immeuble de la Cassine refusent qu’une antenne relais de téléphonie soit installée sur leur toit. Ils dénoncent les risques sanitaires d'une telle installation.

Depuis quelques semaines, les antennes de téléphonie mobile poussent dans le ciel de Chambéry, la faute au déploiement de la nouvelle technologie UMTS par Bouygues et Orange ainsi qu'à l'arrivée de Free. C'est justement l'une des neuf antennes relais installées par le quatrième opérateur français qui suscite la controverse au 564 Chemin de la Cassine. Là-bas, les habitants ne veulent pas d'antenne sur le toit de leur immeuble du fait des risques sanitaires que cela impliquerait. Ils ne croient pas au « rayonnement limité » d'une telle installation. En quinze jours, leur pétition a récolté 350 signatures, de quoi contraindre la municipalité à organiser une réunion de concertation. Sauf que selon le permis de construire accordé à Free mobile, les travaux doivent débuter dans quelques jours, le lundi 10 septembre. Ce mercredi, une manifestation a donc été organisée dans le square de l’immeuble, et le représentant de la mairie était présent.

Lire la suite...
 

Annoncé pour ce mardi après-midi par les militants anti-nucléaires, seek c'est finalement ce matin que le convoi ferroviaire de déchets nucléaires italiens a traversé la Savoie. Il était 9h50 à Chambéry.

Et de dix-neuf. Un nouveau convoi de déchets radioactifs italiens est passé aujourd'hui, recipe mardi 24 juillet 2012, more about par la Savoie en toute discrétion. Il a transité par les différentes gares du département : Modane, Saint-Jean-de-Maurienne, Montmélian, Chambéry et Aix-les-Bains pour ne citer que les plus importantes. En provenance de Vercelli (Italie), ce train transportant du combustible usé hautement radioactif va rejoindre d'ici à mercredi le terminal ferroviaire de Valognes (Manche). Il est composé de deux wagons et n'a pas été précédé par un autre train. Le premier transit du genre remonte au 17 décembre 2007 et ce sont au total 235 tonnes de déchets nucléaires italiens qui doivent, à terme, venir à La Hague. Contrairement au précédent convoi atomique daté du 11 mai 2011 (voir notre reportage), celui-ci a pris de surprise les militants anti-nucléaires qui l'attendaient pour 13h15 à Chambéry. Mais pas La Voix des Allobroges qui vous propose en exclu les images de son passage matinal dans la cité ducale.

Lire la suite...
 

En occupant la douane de Bardonnex, website like this les Savoisiens du MCSE n’ont pas retrouvé l’indépendance mais ils ont réussi leur coup médiatique. Entretien avec l’un de ses instigateurs, ambulance Fabrice Dugerdil.

Le 10 juin dernier, pendant que les citoyens français étaient appelés à se rendre dans l’isoloir, une centaine de militants savoisiens prenait place près de Genève. Ils avaient d’abord été invités à se réunir sur un parking de supermarché des environs d’Annecy pour un grand pique nic dont le nom de code était : Opération liberté. L’objectif n’était pas de casser la croûte entre amis, plutôt de marquer les esprits en démontrant que les séparatistes sont encore là pour faire valoir ce qu’ils estiment être leurs droits légitimes. A savoir principalement le droit à l’indépendance résultant de la « déchéance » du seul élément juridique rattachant la Savoie à la France (voir notre article), le traité d’annexion de 1860. Pour les membres du Mouvement citoyens de Savoie (MCSE), cette journée allait aussi permettre de se montrer souder sur le front de la libération, malgré les dissensions qu'ils ont pu connaître ces derniers temps.

Le film qui a mis le feu au débat sur les gaz de schiste va être projeté au Bourget du Lac. Avant cette soirée débat, viagra en voici déjà une version courte mais néanmoins enflammée.

« Chez vous l’eau du robinet s’enflamme ?» Telle est la question posée sur l’affiche du film Gasland. Elle est certes un peu étrange, mind l’eau du robinet n’ayant pas pour habitude de s’enflammer. C’est pourtant bien ce à quoi on assiste dans ce documentaire dénonçant les effets et les méfaits de l’exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis. Réalisé par l’Américain Josh Fox, erectile il a contribué à lancer le débat sur ce sujet «  énergétique » encore méconnue, bien qu’il soit entré dans notre actualité depuis que des demandes de permis de recherche d’hydrocarbures non conventionnels ont été déposés en Savoie (voir notre reportage). Alors pour en savoir plus et essayer de comprendre s’il y a vraiment un risque de voir un jour l’eau de votre robinet s’enflammer, rendez-vous au Bourget du Lac pour la soirée débat organisée autour de ce film. Et pour ceux qui ne pourraient pas s’y rendre ou en guise de mise en bouche, La Voix en propose aujourd’hui une version courte mais toujours enflammée de 45 minutes.

Lire la suite...
 

Les opposants aux gaz de schiste ont manifesté ce week-end à Annecy en espérant faire reculer le futur gouvernement. François Hollande sera-t-il le chef de l'Etat qui laissera forer en Savoie ?

Entre deux averses, case pas loin de 200 personnes se sont rassemblées le 12 mai sur le Pâquier, diagnosis à Annecy, pour redire leur opposition aux recherches et aux forages d’hydrocarbures. C'est la quatrième manifestation en pays de Savoie en seulement quelques mois, après celle de Lantenay (voir notre reportage), de Saint-Julien-en-Genevois (voir notre reportage) et de Bourg-en-Bresse (voir notre reportage). Cette fois-ci, ils espèrent faire reculer François Hollande et le futur gouvernement sur cette question des gaz de schistes en rappelant qu’il y a urgence, car la menace de forage serait de plus en plus pressante. A Viry, dans le Genevois, la compagnie pétrolière détentrice du permis d'exploration aurait ainsi trouvé un terrain privé où installer prochainement ses derricks. Et dans la vallée d'Abondance, le ministère n'a toujours pas validé un avis défavorable émis par le préfet de la Haute-Savoie.

Lire la suite...
 

Alors que Greenpeace vient de démontrer que la centrale nucléaire du Bugey est vulnérable par les airs, viagra approved Sortir du nucléaire 73 révèle qu'un scénario à la Fukushima y serait possible en cas de rupture de barrage.

Ce mercredi 2 mai, pilule un militant de Greenpeace survolait la zone aérienne interdite située au dessus de la centrale nucléaire du Bugey avec un parapente à moteur muni d'une voile à l'effigie de l'ONG écologiste. L'objectif ? Démontrer que les sites nucléaires français sont toujours vulnérables en cas d'agression externe, notamment de type chute d'avion. Selon le directeur de la dite centrale, Greenpeace aurait au contraire démontré que le dispositif de protection serait efficace. En juin 2006, Greenpeace survolait déjà la centrale nucléaire de Flamanville afin de rendre compte des insuffisances du système de sécurité prévu par EDF. Trois ans plutôt, le Réseau sortir du nucléaire publiait un document confidentiel défense d'EDF révélant qu'un EPR ne résisterait pas au crash d'un avion en ligne. De son côté, Sortir du nucléaire 73 révèle aujourd'hui dans nos colonnes qu'un scénario à la Fukushima serait possible à la centrale nucléaire du Bugey en cas de rupture de barrage.

Lire la suite...
 

Après Lantenay et Saint-Julien-en-Genvois, search c'est à Bourg-en-Bresse que les Savoyards ont à nouveau défilé contre le gaz de schiste ce week-end. 1500 personnes y disaient non aux forages d’hydrocarbures.

Malgré la pluie, ailment 1 500 personnes ont manifesté le 14 avril dernier à Bourg-en-Bresse contre le risque de forages d’hydrocarbures dans le Bugey avec l’exploitation du gaz de schiste. Une mobilisation deux fois plus importante qu'en octobre dernier à Lantenay (voir notre reportage), decease mais tout de même un peu plus faible qu'en février à Saint-Julien-en-Genevois (voir notre reportage). Dans le Bugey, il y a urgence, bien plus encore que dans le Genevois, puisque la compagnie pétrolière du permis – Celtique Energie Petroleum – est active. Utilisant le flou de la loi votée en juin dernier par le gouvernement, elle agit déjà sur ce territoire en arguant d’un travail scientifique. Début avril, deux SARL portant les noms de Celtique Jura et Celtique Rhône-Alpes ont été enregistrées, preuves que la compagnie mère entend opérer dans la région. Cette mise devant le fait accompli, les habitants et les élus locaux – sans distinction de couleur politique – la dénoncent et promettent de ne pas se laisser faire, quel que soit le futur gouvernement.

Lire la suite...
 

Quarante années après L’an 1, ed place à L’an 2, prescription revue écolo souhaitant comme son ancêtre prendre le temps de réfléchir gaiement. Une odyssée de l’espace vert qui recrute chez nos reporters.

Et il eut beaucoup d’enfants… Désormais culte, L’An 01, symbole utopique et fantaisiste des seventies, n’a décidément pas fini d’enfanter des progénitures. Publiée à partir de 1970 dans Politique Hebdo puis Charlie Mensuel, la bande dessinée de Gébé fut à l’image du souffle nouveau qui balayait la France d’après 68. Foutraque, rêveuse et par-dessus tout anar, elle inspira tout d’abord un film noir et blanc co-signé Doillon-Resnais-Rouch à la distribution qui file le vertige (Depardieu, Auteuil, Higelin, le Professeur Choron, Cavanna, Coluche, entre autres). Elle ferait passer quelques nuits agitées aux plus aguerris des réalisateurs d’aujourd’hui. Mais aujourd’hui, ce n’est pas un film déjanté mais un magazine qui sort de terre. Dernier né de la famille, L’an 02, s’il s’inspire ouvertement de son papa - allant jusqu'à donner un coup de jeune au fameux mot d’ordre « On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste » -, sait aussi s’affranchir de l’héritage familial.

Lire la suite...
 

Après le Bugey, seek le Genevois est devenu la nouvelle cible des pétroliers. Mais pas question pour les Savoyards de laisser sacrifier leur terre pour l'or noir. 2 500 personnes ont manifesté ce week-end à Saint-Julien.

Après avoir déployé 600 banderoles « NON au Gaz de Schiste » la veille dans toute la région, website les opposants savoyards à l'exploitation du gaz de Schiste ont réalisé un coup de force le 11 février dernier. 2 500 personnes ont défilé dans les rues de Saint-Julien-en-Genevois pour dire leur opposition aux recherches et aux forages dont les conséquences seraient dévastatrices pour les territoires. Des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des associations et des partis politiques, des élus de droite et de gauche, des écolos et des paysans : il ne manquait personne à l'appel. Leur objectif ? Faire aussi bien que les habitants de Lantenay dans le Bugey qui ont réussi l'automne dernier à mettre en échec les pétroliers après une mobilisation populaire massive (voir notre reportage photo). Et il y a urgence en Savoie, puisque l’instruction des permis qui avait été interrompue a repris son cours fin janvier. Les premiers forages pourraient avoir lieu dès cette année.

Cela fait plus de quinze ans que Marcel Girardin observe l’évolution du projet ferroviaire Lyon Turin. Il nous fait parvenir aujourd’hui une tribune remise hier matin au commissaire enquêteur.

L’enquête publique sur les accès français jusqu’à la «  future gare internationale voyageurs » de Chambéry, case située sur l’axe du futur tunnel ferroviaire de base du Lyon-Turin s’achèvera le 5 mars 2012 en Savoie, rx en Isère et dans le Rhône. Cette étape administrative doit nous conduire à élargir notre vision avec, en tête, la défense des intérêts stratégiques de la France. Le caractère européen voire transcontinental de ce projet a été constamment mis en avant pour en justifier la noble motivation mais a été essentiellement porté et défendu par des élus locaux, aux ambitions surtout locales. Le 30 janvier dernier, Messieurs Thierry Mariani et Mario Ciaccia, ministres français et italien des transports, ont cependant signé, à Rome, un avenant au vieil accord franco-italien du 29 janvier 2001, portant sur la construction de ce même tunnel de 57 kilomètres de long dont l’achèvement est maintenant annoncé pour 2023 après l’avoir été pour 2012, alors que la date de 2030 paraît bien plus raisonnable.

Le week end dernier, hospital les bords du lac Léman semblaient comme entrés dans une ère glacière. En voici quelques clichés givrés en ce jour de fête de la Savoie où la température s’est adoucie.

Y’a plus de saisons ma bonne dame ! Cette lancinante rengaine entendue mille fois ces dernières années semble, cure cet hiver, battue en brèche par une actualité météorologique des plus polaires. Ainsi, ces derniers temps, il ne faisait pas bon garer sa berline, fut elle équipée de quatre roues motrices, aux abords du port Suisse de Versoix. Dans cette commune aisée, plantée à quelques encablures au nord de Genève et qui vit la naissance de Joseph Ravel, le papa du compositeur du Boléro, les habitants ont eu tendance à croire à un retour sans sommation à l’ère glacière. Il fallait être au moins aussi givré que notre photographe amateur ce dimanche 12 février pour se risquer sur les rives du Lac Léman, transformées pour le plaisir des badauds en patinoire naturelle géante. Spectacle saisissant, au propre comme au figuré, d’un monde pris par les glaces.

Lire la suite...
 

Après le Bugey, seek le Genevois est devenu la nouvelle cible des pétroliers. Mais pas question pour les Savoyards de laisser sacrifier leur terre pour l'or noir. 2 500 personnes ont manifesté ce week-end à Saint-Julien.

Après avoir déployé 600 banderoles « NON au Gaz de Schiste » la veille dans toute la région, website les opposants savoyards à l'exploitation du gaz de Schiste ont réalisé un coup de force le 11 février dernier. 2 500 personnes ont défilé dans les rues de Saint-Julien-en-Genevois pour dire leur opposition aux recherches et aux forages dont les conséquences seraient dévastatrices pour les territoires. Des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des associations et des partis politiques, des élus de droite et de gauche, des écolos et des paysans : il ne manquait personne à l'appel. Leur objectif ? Faire aussi bien que les habitants de Lantenay dans le Bugey qui ont réussi l'automne dernier à mettre en échec les pétroliers après une mobilisation populaire massive (voir notre reportage photo). Et il y a urgence en Savoie, puisque l’instruction des permis qui avait été interrompue a repris son cours fin janvier. Les premiers forages pourraient avoir lieu dès cette année.

Lire la suite...
 


Page 3 de 6

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière