Le maraicher d'Annemasse serait tombé d'accord avec les musulmans pour que la mosquée soit construite sur le site de l'ancien hôpital. Il lance maintenant un appel à la mairie.

Dans l'affaire du maraicher d'Annemasse (voir ici), un site d'info sur internet vient de changer la donne. Non, ce n'est pas La Voix mais Wikiagri, le site communautaire des agri-décideurs. Un de ses journalistes vient de publier un long papier intitulé : une solution existe (voir ici). Il y relève que le terrain sur lequel on veut bâtir une mosquée ne serait pas forcément adapté à une telle construction, car il est situé sur une zone qui fut marécageuse. En revanche, le site de l'ancien hôpital conviendrait parfaitement. Le journaliste en aurait d'ailleurs convaincu les représentants du Centre culturel des musulmans d'Annemasse (CCMA) et leur président Hamid Zeddoug. Ils ne souhaiteraient donc plus construire leur mosquée sur le terrain exploité par Pierre Grandchamp. Et finalement, toute cette affaire serait surtout le résultat d'un grand malentendu provoqué par une absence de dialogue entre les différentes parties en présence. Aujourd'hui, le maraicher d'Annemasse invite donc la mairie à une discussion à trois en proposant une solution très verte. Convaincu qu'elle permettrait aux musulmans, au maraicher, à la ville et à l'écologie d'en sortir tous gagnants.

Pierre Grandchamp, vous dites qu'une solution a été trouvée à votre problème d'expulsion grâce à un journaliste du site Wikiagri. Comment cela s'est-il passé ?

Il est venu sur place et a enquêté en cherchant une solution valable pour tous. Il a fait le tour de mon exploitation, a parlé aux salariés, puis il est allé voir les représentants de la communauté musulmane en leur disant que mon terrain n'était pas vraiment adapté pour une mosquée, car Il y a beaucoup d'eau et d'espaces verts. Il a ajouté que le site de l'ancien hôpital conviendrait mieux, et ils sont tombés d'accord là dessus.

Les responsables musulmans ont aussi déclaré ne pas vouloir provoquer de licenciement en prenant votre place.

Oui, et ils ont même insisté pour que soit écrit qu'ils préféraient prier sous la pluie que provoquer des licenciements.

Le site de l'ancien hôpital n'avait jamais été envisagé pour construire la mosquée ?

J'en avait déjà parlé, mais un peu dans le désert. L'idée n'avait jamais été reprise par les responsables musulmans. Ils étaient focalisés sur ce que disait la mairie, et comme elle veut aussi récupérer le terrain pour faire un parc.

On apprend dans l'article de Wikiagri que votre père avait proposé de céder un terrain à la communauté musulmane pour construire une mosquée. Ils pensaient donc que vous aussi étiez d'accord.

Il y a une dizaine d'années, ils avaient fait le tour du quartier pour trouver un terrain et c'est vrai que mon père était ok pour leur en vendre un. Mais pas le même qu'aujourd'hui, une parcelle dont il était propriétaire. Maintenant, le site de l'hôpital convient parfaitement. Il est à une cinquantaine de mètres de leur lieu de prière actuel.

Vous proposez de votre côté d'équiper ce terrain que la mairie souhaite vendre d'une nouvelle serre dotée de panneaux photovoltaïques, et de laisser à la commune d'Annemasse le revenu provenant de la production d'électricité.

La mairie veut vendre aux musulmans un terrain que j'exploite, et sur lequel j'estime être prioritaire. Mais si la mosquée se fait sur le terrain de l'hôpital, on pourrait rester comme ça. Je continue d'être locataire, je construis cette serre avec les panneaux photovoltaïques, ils encaissent les revenus du courant et j'embauche de nouveaux salariés. Tout le monde serait gagnant. On est déjà deux sur trois à être d'accord. Il ne manque plus que la réponse de la mairie.

Elle pourrait estimer qu'il n'est plus pertinent que ce terrain situé en ville demeure agricole, comme la révision du PLU qui le rend constructible peut le laisser supposer.

Cela ne serait pas normal, car enlever un agriculteur irait contre les directives de la région et de l'Etat qui prônent de maintenir une agriculture de proximité. Il vaut mieux permettre de la production et de l'embauche que laisser un hôpital à l'abandon. Là bas, il y a quatre hectares, et pas de projet. Aujourd'hui, le 27e BCA qui s'y entraine à la guérilla urbaine. On y pratique aussi le painball, mais ce n'est quand même pas une finalité !

Avec l'hôpital, il y aurait deux communes concernées car le terrain est à cheval sur Annemasse et Ambilly. Elle devraient donc se mettre d'accord.

Oui, mais aujourd'hui, on ne parle que d'agglo. Pour les pompiers, c'est l'agglo, idem pour les eaux ou la piscine. On construit même un Palais de l'agglo. Et puis, la mosquée concerne aussi l'agglo, pas que les fidèles d'Annemasse.

Cela concerne aussi vos salariés dont un bon nombre sont musulmans.

A peu près les deux tiers.

Entre votre femme et vos employés, on ne peut pas dire que ayez une dent contre les musulmans ! Mais votre affaire suscite des réactions islamophobes. Pour certains, c'est la construction d'une mosquée qui pose problème. On l'a encore vu sur votre page facebook alors que vous présentiez la solution de l'hôpital. Qu'en pensez-vous ?

Je ne peux pas empêcher les gens de penser ce qu'ils veulent, tant qu'ils sont dans la légalité. Mais ma position a toujours été que la terre agricole doit le rester, et que pour la mosquée, il faut utiliser un site de type industriel. Comme il y en a un à côté avec l'hôpital, c'est parfait.

Estimez-vous qu'il y a un besoin de mosquée ?

Là, ce dont les musulmans disposent, c'est une petite villa avec un jardin. C'est sûr que ce n'est pas adapté vu le nombre de fidèles. Il leur faut autre chose, mais je ne veux pas qu'on sacrifie pour cela de la terre agricole. Certains disent qu'ils devaient aller dans une zone industrielle, mais non, ce n'est pas non plus leur place. La mosquée doit être à côté des gens. Et la solution de l'hôpital ne présente aucun inconvénient, avec son rond point, son parking, et donc pas de problème de voisinage.

Vous avez adressé votre demande présentant cette solution à la mairie ?

Je vais le faire, et on va essayer de trouver un arrangement. S'ils ne sont pas d'accord, je prendrai ça pour de l'acharnement.

Reste qu'une décision de justice exige votre départ du terrain.

La mairie peut très bien changer d'avis, et le problème serait réglé.

Mais elle veut aussi faire un parc sur ce terrain.

La révision du PLU concernant le parc doit passer au tribunal administratif fin juin début juillet prochain, car j'ai fait un recours. Mais si on tombe d'accord, on peut aussi arrêter ça. Je ne suis pas là pour me battre mais pour bosser. J'espère que la mairie le prendra en compte, car elle a maintenant les cartes en mains. Et pour moi, le principal, c'est que les musulmans soient d'accord.

Propos recueillis par Brice Perrier

Photos : Wikiagri

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière