Accusé d’avoir diffuser sur Internet la recette pour frauder au péage, information pills J.F Chabert sera devant la Cour d’Appel de Chambéry le 24 juin. L’occasion de diffuser le film objet du délit, qui n’est pas une production Mickey.

Le 24 juin, J.F. Chabert, dit Mickey, passera devant la cour d'appel de Chambéry. En première instance, le tribunal correctionnel de Bonneville l’a condamné, pour escroquerie et incitation à l’incivisme, à un mois de prison avec sursis et 3 000 euros de dommages et intérêts à verser aux parties civiles, à savoir la société ATMB (autoroute et tunnel du mont-Blanc) et l’association des autoroutes de France. La justice reproche à Mickey d'avoir pratiqué la technique dite du “petit train” pour franchir des barrières de péage et  d'en avoir fait lui-même une vidéo qu'il aurait diffusé sur Internet. Or ces images qui montrent comment ne pas payer l'autoroute n’étaient pas une production Mickey, puisqu’elles étaient extraites d'un film que La Voix vous propose de découvrir aujourd’hui.

Diffusé sur le service public

Ce documentaire intitulé Chassons l’occupant, dont Mickey est le principal protagoniste, a été produit par la société VF Films et diffusé sur France 3 durant l’été 2007, dans le cadre de l'émission Strip-Tease. A l’époque, pas plus l’ATMB que la justice n’avait trouvé à y redire. Mais Envoie du Gros a diffusé sur son site un extrait du film exposant la technique bien connue utilisée par Mickey pour prendre l’autoroute. L’ATMB a alors vu rouge et la justice a mis les petits plats dans les grands. Soupçonnant la complicité des responsables d’Envoie du Gros et de Jean-François Chabert (qui ne se connaissent pas), la justice a ainsi utilisé les services de la gendarmerie pendant de longs mois d’enquête qui ont abouti à l’interpellation et à la mise en examen d’un Mickey pourtant parfaitement identifiable dès la diffusion du documentaire. Les images incriminées proviennent donc d’une émission d’information diffusée sur la television de service public française, et non pas d’une video amateur indépendantiste destinée à inciter à l’incivisme. C’est néanmoins ce qu’a estimé le tribunal de Bonneville, dont le compte rendu de jugement publié dans Le Dauphiné Libéré expliquait que « l’auteur des faits (ndlr: soit franchir le péage sans payer) en a meme fait une video qu’il avait mise en ligne sur le site Daily-motion. »

Le tribunal comme tribune savoisienne ?

Mickey est une grande gueule qui s’active pour défendre la cause qui lui est chère. De là à l’accuser de n’importe quoi, il y a un pas que certains n’ont pas hésité à franchir, exposant l’un des fondateurs de la Confédération savoisienne à une belle brochette d’emmerdes. Mais ils lui ont aussi offert une tribune judiciaire. Et Mickey a déjà su se défendre après les accusation mensongères de visées terroristes colportées contre lui par les dirigeants de la Ligue savoisienne. Elles avaient conduit à son interpellation en 2002, mais aussi à une condamnation de l’Etat français pour procédure abusive quelques années plus tard. Après sa condamnation par le tribunal de Bonneville pour un délit qu'il considère prescrit, le Savoisien aura-t-il à nouveau gain de cause devant la Cour d’appel de Chambéry ? Il y exposera en tout cas ce 24 juin ce qu’il estime être « la réalité des droits de Savoie, qui sont à l'origine de l'absence de péage à Saint-Julien ». Car vous ne le saviez peut-être pas, mais, en Savoie, ce n’est pas comme en France. Du moins si l’on en croit Mickey et sa petite équipe, eux qui rêvent de chasser l’occupant. Découvrez-le maintenant, façon Strip Tease.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière