Depuis le Festival du film à la con de la vallée du fromage rond, l'ambassadeur Anselme nous souhaite la bienvenue dans les Années Fondues.

Membre indéboulonable du jury du splendide Festival du film à la con qui débute ce soir à Thônes (http://www.festival-film-ala-con.com/), il évolue dans l’astral illuminé de la vallée du fromage rond où il savoure les Années Fondues. Anselme les attendait depuis la publication, au milieu des années huitante, d’un manifeste intitulé Vive la fondue !, ouvrage sans précédent qui allait lui permettre de rencontrer les producteurs de la société Musique et Fromage.

« Ces suppôts de l’infâme, de l’ignoble, de la perfide raclette nous dirent amicalement bonjour et au revoir. » Malgré cela, le premier ambassadeur de la fondue entreprend de développer une nouvelle discipline, les Beaux-Arts-Ménagers. Il va alors mêler chanson et fromage dans ses spectacles comme dans sa vie. Il entreprend de réaliser la plus grande fondue du monde, mais aussi la plus petite. Il invente l’attaché-case-fondue, muni de son réchaud et de tous les ingrédients nécessaires, afin de faire partager son plat fétiche à tout moment et en tout lieu, rendant au passage sa femme jalouse de l’omniprésence de cette maîtresse fromagère.

En jouant son propre rôle dans le film des grolandais Benoît Delépine et Gustave de Kervern Avida, en 1997, notre ambassadeur trouve enfin une reconnaissance digne de son immense talent. Il en donnera une nouvelle démonstration ce week-end à Thônes, où son fils Gaston, qui retirera pour l'occasion le caquelon qu'il aime tant se mettre sur le tête, tiendra par ailleurs les platines. En attendant, on vous laisse avec cette sublime comptine pour rejoindre les temps fondus. « Nous voici dans les temps fondus et mélangés, de par le monde cuisiniers et vacanciers s’accordent à dire et à penser : Allons-nous-fondre !? Sous un soleil de plomb, dans un gros caquelon. Allons-nous-fondre ?! Dans les flammes de l’enfer, sous les radiations nucléaires. Allons-nous-fondre !? Et devenir la fondue, mangé par Père Ubu. Allons-nous-fondre ?! Avec toi ma belle F. dans l’orgasme universel. Etre ou ne pas être de… La Fondue, telle est la digestion. »

Anselme, comment es-tu devenu l’ambassadeur de la fondue ?

Comme nous devenons des adultes, je suis devenu l’ambassadeur de la fondue. Au départ, je l’accompagnais, j’en mangeais depuis l’âge de sept ans. Et puis elle s’est imposée. Des copains me demandaient d’en faire pour trente personnes, cinquante, puis six cents, mille. A une époque, j’étais très sollicité et je ne pouvais pas refuser. Je mangeais de la fondue tous les jours. Mais je n’ai pas voulu m’autoproclamer roi de la fondue. Devenir ambassadeur m’a permis d’en parler en étant moins présomptueux.

Selon toi, la fondue est à l’origine de l’humanité…

A l’ambassade académique, nous avons une hypothèse assez osée qui dit que, il y a deux cents millions d’années, sur la Pangée, le continent unique, il y avait la grande table de l’humanité où tout le monde était rassemblé pour déguster une immense fondue. Et puis les continents ont dérivé et les hommes furent séparés pour toujours.

La fondue reste quand même un plat communautaire…

C’est un des rares plats qui se partage collectivement, comme le couscous. Au contraire de la raclette qui est l’antifondue par excellence, avec les appareils d’aujourd’hui où chacun a sa petite assiette. Et puis une fondue se mange entre gens de confiance. D’ailleurs, je demande toujours dans les restaurants s’il leur arrive de servir de la fondue dans des repas d’affaire. Et bien non, la fondue se mange entre amis.

Pourquoi penses-tu que nous voici arrivés dans les Années Fondues ?

A l’aube du troisième millénaire, toutes les époques, toutes les idéologies, tous les courants artistiques sont mélangés. Nous sommes donc entrés dans les temps fondues. Ou dans l’étang fondue. Dans un orgasme universel. On sera d'ailleurs en plein dedans tout le week end lors du festival. Alors viendez tous à Thônes, dans la vallée du fromage rond !

Propos recueillis par Brice Perrier

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière