Le colloque Monastères et spiritualité en montagne, approved qui se tenait le 6 décembre à Chambéry, clinic nous a rappelé l’histoire des monastères de la région, side effects en élargissant l’horizon à toutes les spiritualités d’altitude.

Nos montagnes sont « divinement » belles... Elles attirent chaque année de nombreux touristes, mais aussi des milliers de pèlerins, venus se recueillir dans nos monastères. Certains sont mondialement connus, comme la Grande Chartreuse (St Pierre de Chartreuse), l’abbaye de Tamié (près d'Albertville), l’abbaye d’Aulps (74) ou encore Karma Ling (monastère bouddhiste situé au-dessus d’Allevard). Il faut savoir que les montagnes sont intimement liées au sacré. C’est en montagne que Moïse a reçu les lois, en montagne que Jésus a prononcé son fameux sermon ou que Mahomet allait méditer. Et d’ailleurs n’a-t-il pas dit : « Puisque la montagne ne vient pas à nous, allons à la montagne » ? Dans toutes les cultures, sur tous les continents, les montagnes ont attiré les âmes en quête de spiritualité. Voilà déjà ce que sont venus nous rappeler au Manège de Chambéry une dizaine d’historiens lors du colloque Monastères et spiritualité en montagne.

Un appel à construire une nouvelle vision pour les espaces montagnards vient d’être lancé. Pour moins de capital machine, viagra 60mg moins de spéculation financière, et plus de capital humain.

Des montagnards de toutes générations : alpinistes, grimpeurs, skieurs, des professionnels de la montagne, des députés, des élus de régions, des maires de grandes villes et villages de montagne, des enseignants, des chercheurs, des artistes et personnalités de la culture, des chefs d’entreprises et des journalistes se sont rassemblés le 9 décembre dernier pour lancer publiquement à Grenoble un appel à construire une nouvelle vision pour les espaces montagnards. Dans cet appel, ils estiment urgent de changer de modèle de développement : « osons alors poser la question de l’intérêt général. Il est plus que temps aujourd’hui de s’interroger sur la pertinence et la pérennité du modèle économique mis en place, dont les montagnes ne peuvent désormais plus absorber les dérives et fuites en avant de tous genres ». Dès lors, ils veulent imaginer un autre avenir pour nos montagnes en plaçant l’homme et la richesse de la relation homme/nature au cœur de tous les choix à venir. « S’il est temps de réaliser que nous vivons dans un monde “ fini “, aux ressources limitées, le potentiel inventif et créatif des territoires de montagne ne l’est pas ! », assurent-ils.

Depuis trois ans, prostate Monstre ! redonne de la vigueur au rock savoyard. Rencontre avec son chanteur alors que vient de paraître Inside living animals, viagra dosage leur dernière production monstrueuse.

On peut avoir dépassé la trentaine depuis belle lurette et faire encore la nique aux groupes de minets. Ainsi, dans nos contrées, le groupe Monstre !, composé exclusivement de « vieillards » approchant les quarante piges, fait souffler un vent de fraicheur sur la scène musicale savoyarde. Ils ne sont plus si jeunes, c’est vrai. C’est vrai, ils ont des tronches à coucher dehors. C’est vrai, ils font peur aux vieilles dames dans la rue, mais savent aussi rassasier les amateurs de rock pur et dur. Monstre !, c’est l’agglomérat de quatre affreux qui ont épanché leur influx nerveux dans une myriade de groupes locaux avant, en 2008, de rassembler leurs poils (et leur talent). Là, ils viennent de sortir Inside living animals, un 9 titres qui revisite le rock afin pour en revenir à l’essence même.

Fraîcheur salvatrice

Accrocheur, rythmé et brutal, ce disque nous entraîne dès le début dans les ruelles mal fréquentées du London des années 70. British, so british. Décomplexé, énergique aussi, c’est un cri primal aux paroles répétitives, à la batterie qui claque et qui nous rentre dans les neurones pour nous entêter pendant un moment. Dans cet album, Monstre ! tire le rock par la peau des fesses pour le ramener à son sens initial, là d’où il n’aurait jamais du sortir.

Fraîcheur salvatrice et leçon d’énergie flanquée à la classe biberon de par chez nous, Monstre !, sort la zic de nos montagnes d’une certaine apathie triste comme un hiver sans tartiflette, dans laquelle elle semblait baigner ces dernières années. Un style qui, forcément, fait un tabac sur scène. Et qui a propulsé ces quatre garçons dans le vent (deux Chambériens et deux Annéciens) dans la plupart des salles de la région, leur garantissant, au passage, une solide notoriété encore en pleine croissance. 

Jeux de mots à deux balles

Alors, si vous n’avez pas (plus) peur des monstres, si vous aimez les hommes qui portent la moustache, les polos rayés et le cuir comme personne, et que les jeux de mots à deux balles c’est votre truc (un de leur titre s’appelle Giorgio Armani Nedjad), vous allez kiffer. Sinon, restez coucher. En tout cas et bien qu’hétéros déclarés, nous, la moustache, ça nous branche bien. Et si vous êtes fidèle à La Voix, vous aurez remarqué que les jeux de mots douteux on s’en est fait depuis longtemps une spécialité. On a donc décidé d’aller voir tous ça d’un peu plus près. Et on s’est posé, intrigué, avec l’ancien membre de Starky et de Mook, Fred Reboul, le chanteur du groupe, devant un ristretto bien chaud. Questions bêtes et méchantes, réponses monstrueuses.


Fred, pourquoi Monstre ! ? 

Ah, ah…  parce qu’on fait une musique à quatre têtes, huit jambes et huit bras. 

Trois mots pour définir Monstre ! ?

Energie, mélodie et … (il sourit) ouistitis. 

Annecy ou Chambéry ?

Les deux, même si je pencherais plutôt au final pour Annecy pour notre fan club local, et le lac évidemment. 

Un souvenir de 2011 ?

Le divorce de Thurston Moore et Kim Gordon, du groupe Sonic Youth, et notre concert cet été à Habère poche. 

Un cadeau que le Père Noël pourrait déposer dans les petits souliers de Monstre ! ?

Heu… le don d’ubiquité. Parce que j’aimerais qu’on (les membres du groupe) ait plus le temps de se voir, qu’on soit plus souvent ensemble. 

Pour finir, est-ce que comme Miss France, tu es pour la défense des langues régionales ?

Ahhh… (Sourire). Gardons nos spécificités, mais restons ouvert sur l’extérieur… 

Frédéric Delville


Monstre ! -Inside living animals- 10 Euros / Plus d’infos sur : www.monstre.bandcamp.com 

Retrouvez ci-dessous le clip de MONSTRE ! - the answer to your questions might be in Black Sabbath songs :

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Notre fil twitter

Vos produits savoyards

Bannière